L’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République

Lancement des premières Assises nationales des Maisons des lycéens avec le soutien de L’ESPER

ANMDL-2015-1
Les 2 et 3 novembre 2015 se tenaient les premières Assises nationales des Maisons des Lycéens, organisées par la jeune Fédération des Maisons des lycéens (MDL). Un franc succès, rassemblant dès la première édition plus de 200 participants venus de toute la France. L’ESPER est fière de soutenir et d’accompagner cette initiative lycéenne d’expérimentation et de vie des valeurs de l’ESS, opérée sous le haut-patronage du Ministère de l’Education Nationale et d’organisations membres de L’ESPER.

Outre un stand de L’ESPER sur le village associatif des Assises, L’ESPER a pu en effet accompagner l’initiative lycéenne en parrainant la remise de quatre prix lycéens pour quatre MDL particulièrement actives en France. Montage de projets de vie lycéenne, de soutien aux initiatives culturelles lycéennes, soutien à des projets d’accueil de migrants et transmission vivante de la laïcité furent récompensés par Solidarité Etudiante, la Fédération des Aroéven, l’OCCE et la Ligue de l’Enseignement, membres de L’ESPER.

Comme le soulignait Roland Berthilier, Président de L’ESPER, lors de la clôture des Assises, la FMDL désormais sur les rails, est un lieu d’expérimentation quotidienne des valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire, de la République, et de la ¨citoyenneté.

20151103_152031

Retrouvez le discours prononcé par le Président de L’ESPER lors de la clôture des Assises des MDL le mardi 3 novembre 2015 :

Cher(e)s ami(e)s,

Je suis heureux d’être accueilli ici, à l’invitation de la jeune mais non moins dynamique FMDL, que L’ESPER soutient depuis ses débuts. Je suis d’autant plus heureux que l’organisation de ces premières Assises de la vie lycéenne semble avoir rencontré un franc et beau succès. Je tiens à t’en féliciter Kalilou, ainsi que l’ensemble des organisations membres de L’ESPER, et des partenaires qui ont permis à ce projet d’avoir lieu, le Conseil régional d’Ile-de-France et le Ministère de l’éducation nationale. Je pense notamment à Solidarité Etudiante, à l’OCCE, à la Fédération des Aroéven, à la Ligue de l’enseignement, membres de L’ESPER qui vous soutiennent depuis vos débuts, et j’en suis fier.

C’est en effet en tant que Président de L’ESPER que je m’adresse à vous aujourd’hui, après la remise de Prix lycéens qui ont récompensé de très belles initiatives lycéennes tout à l’heure.

L’ESPER, en tant qu’organisation en regroupant 45 autres, mutuelles, associations, syndicats ou coopératives, agissant toutes dans le champ de l’école, est une porte d’entrée entre le monde de l’éducation et le Monde de l’Economie sociale et solidaire dont vous faites désormais partie.

Car en étant membres de MDL, vous êtes en effet chacun d’entre-vous, désormais acteurs de l’ESS, la fameuse, que l’on peine parfois à définir, mais que nous vivons pourtant souvent au quotidien, sans même le savoir.

Vous êtes par exemple tous membres d’une association, à minima la MDL, mais parfois sportive, de quartier ou bien politique. Vous êtes donc déjà des militants de l’ESS.

Ce que vous faites désormais par les MDL, c’est la vivre, expérimenter ses principes, ses valeurs. Vous vivez désormais un mode de gouvernance démocratique, un engagement collectif, des profits qui ne servent pas des actionnaires mais un projet collectif. Vous vivez et faites donc vivre l’ESS.

Pour cela, je ne peux que vous dire merci. Merci pour le bol d’air frais que vous apportez bien souvent à notre secteur, qui ne peut qu’en sortir grandi et renforcé. Merci pour la transmission générationnelle que vous représentez, la transmission de valeurs et d’une histoire que je suis heureux de voir vivre dans les mains de plus jeunes que moi.

L’ESS peut en effet être transmise de différentes manières. C’est le sens des débats qui animent nos organisations membres. Elle peut être « enseignée », « vécue », je préfère ce terme de « transmission ».

Le choix, clair, opéré par L’ESPER, a été celui d’une transmission de l’ESS par la monde éducatif, scolaire et hors-scolaire, non pas comme une discipline, mais comme un ensemble de valeurs et de pratiques, porteuses d’une histoire commune.

C’est le sens de l’accompagnement de la FMDL par L’ESPER depuis ses débuts : faire le pari que l’ESS se vit, avant que d’être « enseignée ».
En faisant vivre les MDL, en étant acteur de la vie lycéenne, en prenant votre part en tant que « pairs » dans l’éducation de chaque lycéen, vous faites déjà l’apprentissage de la citoyenneté par l’engagement.

En construisant un projet collectif, vous apprenez le Vivre ensemble.

En déterminant collectivement, pas le vote, le projet collectif qui est le vôtre ; vous faites l’apprentissage de la démocratie.

En considérant que chacun d’entre-vous porte une voix au moins aussi importante que celle de son voisin : vous vivez au quotidien ce qu’est notre valeur d’égalité.

En vivant tout cela, vous construisez la maison qui sera celle de votre émancipation, de votre autonomie, de votre devenir de citoyens libres et éclairés. C’est ce que l’économie sociale et solidaire vous donne comme outils. Pour tout cela, encore une fois, je ne peux que m’incliner et vous féliciter.

« Vivre ensemble » signifie de permettre à chacun d’exercer sa citoyenneté dans les formes qui lui conviennent. Pour les plus jeunes, cela signifie donner les espaces d’échanges et les lieux d’expression collective de cette citoyenneté que sont les MDL. En vous en saisissant, vous vous montrez tout simplement beaucoup plus citoyens que de nombreux adultes.

En faisant cela, vous apprenez également aux militants de longue date que nous sommes, à voir l’engagement, l’engagement collectif notamment, et l’expérimentation de ce qu’est l’ESS par la pratique, autrement.

Pour les éducateurs que nous sommes, le plus grand danger serait de laisser un certain nombre de jeunes générations sombrer dans le nihilisme, le refus de la critique, les laisser au bord du chemin de la République et de son Ecole. Pourtant, une grave erreur serait celle de prétendre que les formes d’engagements sont figées, inamovibles et uniques.

Les engagements des jeunes de France sont multiples et constituent autant de raisons de croire dans un destin collectif, dans le vivre ensemble, dans ce qui fondera la société de demain.

Par le montage de projets concrets et collectifs dans vos établissements, vous transmettez donc les valeurs de l’ESS, qui sont indissociables de celles de la République.

Tout cela ne se fera pas en un jour. Ce travail est à l’image de ce qu’est la transmission de l’ESS : elle se mesure, comme se mesure la politique, sur le temps long.

Ce temps long, c’est celui des générations qui rencontrent ou vivent l’ESS dans leurs salles de classes, dans leur lycée, dans leurs loisirs, puis grandissent et se l’approprient.

C’est donc désormais votre tour à toutes et à tous. Votre tour de transmettre l’histoire, les valeurs et les principes qui sont les nôtres, sous des formes que vous inventerez demain, et dont nous n’avons pas même l’idée.

Vous voyez la responsabilité qui est désormais la vôtre. Elle est immense, mais elle est magnifique. Et pour tout cela, nous comptons sur vous, sur les générations que vous représentez et celles qui vous succèderont. Merci.