L’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République

Le GCU célèbre les 80 ans de sa création

GCU80 Le Groupement des Campeurs Universitaires (GCU) est une association fondée en 1937 par un unique corps de métier, marqué à cette époque par une forte identité : les maîtres d’école. Il est constitué aux origines sur la volonté d’une vie simple et fruste dans la nature, sur les valeurs du mutualisme, du partage des biens et des savoirs, sur le bénévolat. La longévité de son histoire est remarquable, puisque quatre générations de campeurs universitaires (C.U.) se sont succédé.

L’histoire du GCU est intimement liée à celle de la M.A.A.I.F (Mutuelle d’Assurances Automobiles des Instituteurs de France). En 1935, deux instituteurs, fils de paysans formés à l’École normale, lancent l’idée de créer un groupement de campeurs. Au cours des années, le GCU est resté fidèle aux grands principes qui font toujours son originalité, en particulier son indépendance (politique, philosophique, financière), le respect des autres, la solidarité, l’autogestion, l’absence de recherche de profit. Le GCU réinvestit la totalité des excédents dans l’équipement de ses terrains ; il n’y a ni bénéfices à dégager, ni capital à rémunérer. Le GCU s’est adapté à l’évolution des comportements en améliorant les équipements des terrains, en proposant de nouvelles activités culturelles et sportives, en décidant l’implantation de locatifs dans un souci d’équilibre.
Au fil des décennies, les C.U. vont définir les règles d’un vivre ensemble, le partage, l’organisation collective, la responsabilité. Transmettre ce fameux « esprit » GCU, l’esprit mutualiste. Quatre-vingts ans après, que reste-t-il aujourd’hui de l’esprit GCU ?

Toujours présent, il reste fidèle aux grands principes qui font son originalité : le bénévolat, la solidarité, la responsabilité, le sens du collectif, le respect de chacun, le fait d’être et d’agir ensemble, d’avoir des valeurs communes sans oublier l’épanouissement personnel. L’esprit familial, convivial et mutualiste demeure. Là où les utopies fondées sur l’autogestion ont échoué, 50 000 adhérents résistent, nous faisant signe vers une autre manière de vivre ensemble, de camper autrement. L’aventure humaine qui a débuté il y a quatre-vingts ans a encore de beaux jours devant elle.

Retrouvez le dossier de presse des 80 ans du GCU