L’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République

Retour sur le colloque : Jeunesse et quartiers populaires organisé par le Lab’AFEV

afevLe 4 avril dernier, l’Afev organisait, à Marseille, un colloque sur le thème « Jeunesse et quartiers populaires ». 

L’occasion était donnée de retracer 25 années d’Accompagnement Individualisé sur les territoires relevant de la géographie prioritaire de la politique de la ville. Ce dispositif phare du projet de l’Afev a été présenté par Eunice Mangado-Lunetta, directrice des programmes. Il permet à un jeune en difficulté scolaire d’être suivi deux heures par semaine par un étudiant.

Aujourd’hui, dans toute la France et 350 quartiers prioritaires, ce sont 1,3 millions d’heures d’engagement solidaire qui sont portés par 7 000 étudiants bénévoles sur 45 agglomérations ou métropoles. Cet accompagnement personnalisé, appelé « mentorat » à l’échelle européenne, dépasse le cadre purement scolaire. Il stimule des ressources telles que la motivation, l’ouverture culturelle, la mobilité, l’autonomie… Non académiques, ces savoir-être, sont de plus en plus considérés comme déterminants pour la poursuite des études et l’insertion professionnelle.

Dans son discours de bienvenue, Jacques Ginestié, le directeur de l’Ecole Supérieur du Professorat et de l’Education, a plaidé pour « une ouverture des établissements sur leur environnement ». Ces propos ont donné le ton aux échanges qui se sont poursuivis à travers quatre ateliers auxquels ont participé une diversité d’acteurs soucieux de la réussite éducative. L’orientation et l’emploi, le rôle de l’accompagnement scolaire, le logement et la place des familles ont été les thématiques qui ont rythmées cette journée.

Pour beaucoup, “l’épanouissement personnel”, des enfants et des jeunes, est apparu comme un facteur clef pour la réussite des trajectoires éducatives et professionnelles des publics des quartiers populaires. Pour contribuer à cet objectif, tout le monde a convenu du rôle central de l’institution scolaire. Néanmoins, il a été pointé que celle-ci, doit désormais, intégrer l’apport de ressources extérieures pour inscrire son action dans la singularité des territoires.

L’implication d’acteurs institutionnels

Ainsi, et au delà de la sécurisation des parcours éducatifs, tendre vers l’épanouissement personnel offre la possibilité à un individu de “concevoir un projet personnel ou susciter des passions”. Ces opportunités ont un impact sur les publics les plus fragilisés grâce, notamment, à des politiques publiques volontaristes impulsées nationalement ou localement. […]

Retrouvez la suite de l’article en cliquant ici

lab'afev