L’insoutenable manque de pluralisme dans l’enseignement de l’économie à l’université

Une nouvelle étude de l’AFEP, publiée en octobre 2023, montre qu’une grande partie – presque la moitié – des cours en licence sont consacrés à l’économie dominante, laissant une part très limitée aux ouvertures avec d’autres disciplines et aux approches réflexives. Cette considération limitée s’étend à l’économie de la santé, de la protection sociale, des inégalités, l’économie locale, l’écologie et à la majorité des sciences sociales.

Par ailleurs l’hétérogénéité est grande entre les différents établissements pour chacune des dimensions du pluralisme.

Ce constat, extrêmement préoccupant pour des raisons non seulement pédagogiques mais également scientifiques et démocratiques, repose sur une étude des 6 433 cours proposés en licence d’économie-gestion dans 53 universités publiques françaises (soit la quasi-totalité de celles qui en proposent). Cette étude quantitative se penche plus précisément sur les intitulés de ces cours et le nombre d’ECTS qui y sont asso­ciés, ce nombre reflétant, selon les auteurs, l’importance qui leur est accordée dans la licence. 

L’une des corédactrices du rapport, Sophie Jallais, viendra en présenter les principales conclusions lors des Journées de l’économie autrement – auxquelles L’ESPER a participé le vendredi 24 novembre – le samedi 25 novembre.

Pour en savoir plus sur le rapport, RV sur le site de l’AFEP !

Autres actualités

Précédent
Suivant

Événements

Partager